2006, l'année de la réussite?...

Partie consacrée à l'actualité et à vos remarques personnelles sur l'examen du CRFPA

Modérateurs : lalie, max, lilou2705, pjak, Pierre-N, nicg

2006, l'année de la réussite?...

par soft » Jeu 05 Jan 2006 à 2h53

Bonjour à tous, et bonne année!
Je pense qu'on espère tous qu'elle nous apporte, entre autres, la réussite à l'examen; je nous le souhaite...
AU SECOURS !!! je sais pas par où commencer pour cet examen...
J'ai eu un master 2 l'année dernière, et j'ai attendu cette année pour m'inscrire à l'iej, car je voulais une année entière où je ne me consacrerais qu'à l'examen crfpa, dans ma devise de faire "chaque chose en son temps"
Et voilà, j'ai assisté à tous les "cours", qui soit dit en passant, n'en sont pas vraiment dans mon iej. Ce sont des séminaires et quelques conférences d'actualité.
Bref, j'y suis allée, on nous a blindés sur ce qu'il fallait "faire pour réussir", grande leçon de morale, toujours utile, pour nous rappeler qu'une année n'est pas de trop pour s'y préparer, qu'il y a 70 % de travail personnel à fournir, qu'il faut, notamment pour le grand oral, constamment être à l'écoute de toute nouveauté juridique, politique, économique, social, culturel...etc
Je le sais. Bon et après?
SVP, aidez-moi, j'ai beau savoir tout ce que je dois apprendre, réviser, lire, comprendre, je ne sais pas par où commencer!
Nous voilà en janvier, je vais effectuer mn premier entraînement de note de synthèse, et très bientot celui de dt des oblig/procédure pénale, je suis motivée pour cet examen, mais j'avoue que je n'arrive pas à démarrer.
Comment faire ? Comment vous faites!?
Vous ressortez vos cours de toutes ces années passées, et vous refaites des fiches de synthèse en actualisant avec des bouquins?
Ne me parlez pas de prépas SVP, je suis anti-prépa, j'ose encore espérer que cet examen est accessible à tous, à partir du moment où on le veut, qu'on s'y met sérieusement et qu'on fait les entrainements, car une note de synthèse ça s'improvise pas.
Assimiler une plus grande réussite à l'examen au déboursement de sommes que tout le monde ne peut pas se permettre... Non!
Idéaliste que je suis, j'ose encore croire à l'égalité des chances sans qu'interviennent nécessairement des organismes privés.
Je pense que c'est avant tout une utilité personnelle. Certains ont besoin de cette "prépa", et se sentent plus en confiance.
Et d'autres sont capables de se préparer autrement, et n'auront pas moins de chances de réussir.
Et tels sont les statistiques dans mon iej.
Pour résumer, j'aimerais juste vos impressions sur la façon de s'organiser dans la préparation personnelle de ce concours, parrallèlement aux entrainements pratiques.
Par quoi avez vous commencé?
Merci de vos conseils, et s'il y en a qui, comme moi, ne s'y sont pas vraiment mis, se sont juste contentés d'aller aux "cours", faut qu'on se soutienne mutuellement pour démarrer!
 
Message(s) : 39
Inscription : Mer 04 Jan 2006 à 23h13
Localisation : Seine-Maritime

par sly » Lun 09 Jan 2006 à 12h25

Si tu le souhaites Soft,nous sommes quelques étudiants d'iej différents à travailler en groupe.Cela présente l'avantage d'etre plus attentif quant a l'actu et de travailler les gros themes ensemble.Si tu penses qu'une telle dynamique pourrait t'aider a te mettre au travail,tu peux me contacter via mon mail dans la section "travail en groupe".
Bonne journée..
 
Message(s) : 7
Inscription : Ven 11 Nov 2005 à 12h18

par Ulgrim » Jeu 19 Jan 2006 à 5h52

Le gros défaut des étudiants voulant trop bien faire est ... de trop en faire.
Dans mon IEJ, comme dans la plupart d'ailleurs, on recherche avant tout deux choses complémentaires :

1. Le raisonnement
2. Aller à l'essentiel

Ca vaut pour l'écrit et l'oral.

Les surdiplômés du droit n'ont pas les meilleurs résultats, bien souvent, pour une bonne raison : ils donnent trop, et c'est fouilli par manque de temps.
Pour te dire, un étudiant de deuxième année s'en tire parfois mieux qu'un master 2. Ce n'est pas un hasard.
Les épreuves du CRFPA sont des épreuves courtes, et les sujets sont souvent "longs", du moins il y a matière à cogiter.
Ca semble paradoxal, mais le but recherché est clair : comment un étudiant va-t-il raisonner pour raisonner vite et bien, tout en allant à l'essentiel ?
Pour ça, tu n'as pas 36 solutions. Il faut :

1. Connaître les bases par coeur
2. Connaître les jurisprudences importantes
3. Depuis la réforme, connaitre un minimum la doctrine relative à la matière où tu auras ton commentaire d'arrêt / dissertation
4. Etre au courant de l'actualité, il est donc obligatoire de se coltiner au moins un périodique par matière ( Recueil Dalloz général par exemple, qui couvre pas mal de choses déjà ). Dans, allez, 90% des sujets, tu as un rapport avec un arrêt tombé pendant l'année ou l'année d'avant.
5. Ta valeur ajoutée. Si tu as un master 2, ou plus, ta connaissance appronfondie d'une matière est un petit plus qu'il faut savoir caser en 1 ou 2 lignes. Pas plus. Le reste, on s'en tamponne. Tu raconteras tes exégèses et tes états d'âme juridiques à un prof ou pour gloser avec un futur confrère, mais l'examinateur n'est pas là pour vérifier la qualité de ton cursus : il veut savoir si oui ou non tu sais répondre au sujet. Ni plus, ni moins.

Tes révisions doivent être axées sur ces 4 premiers axes. C'est ce que j'appelle le travail de fonds. Ca implique :
1. De lire, relire, re-relire ses cours et / ou des bouquins ( pas trop épais, sinon tu t'en sortiras jamais ) pour consolider les bases.
2. Cours et bouquins pour la juris, les arrêts classiques sont toujours cités.
3. Lire des périodiques et un bon bouquin.
4. Lire les périodiques

Tu ne pourras pas tout retenir, et ce n'est pas le but. Le but, c'est de "baigner" dans tes matières, acquérir des réflexes, avoir de la "matière" pour tes commentaires d'arrêt, et de la rapidité pour le cas pratique.

Les examinateurs au CRFPA ne demandent pas la lune. Ils veulent un raisonnement potable, avec l'essentiel des connaissances.
Oublie les projets de grandes envolées lyriques, de divergences d'inteprétation subtiles et ultra fines, le CRFPA forme des avocats, pas des prof, n'oublie jamais ça.

Dernière chose, importante : essaie autant que faire se peut de faire des entrainements : 1 commentaire, un cas pratique tous les mois, semble un minimum.
Se retrouver devant sa feuille d'exam sans avoir fait un cas pratique pendant l'année ou un commentaire, c'est la note en dessous de 10 assurée. C'est encore plus vrai pour la note de synthèse.

Enfin, les prépas privées. Elles sont utiles si on sait s'en servir. Ca veut dire que le travail de fond diot avoir été effectué à au moins 80% je dirai.
Elles permettent de se mettre à 100% dans l'examen un mois avant, de peaufiner son style, d'acquérir des connaissances supplémentaires qu'on a oubliées pendant l'année, de se resituer par rapport à l'actualité, de connaitre les tendances pour les sujets, de consolider sa méthode de rédaction. Sans oublier que les profs qui y sont, sont bien souvent ceux qui te corrigeront ...
Pour un étudiant "sérieux" c'est un plus, non négligeable, mais ce n'est pas une nécessité.
Pour un étudiant moyen, ça représente une "remise à niveau".
Pour celui qui n'a rien préparé pendant l'année, ça donne les bases minimales pour réussir, mais ce n'est certainement pas suffisant.

Sur ce, bonne chance à toi :wink:
 
Message(s) : 24
Inscription : Jeu 19 Jan 2006 à 5h27

par soft » Jeu 19 Jan 2006 à 21h55

Sly, je vais venir faire un tour dans ton groupe de travail via ton sujet qui détient le record de ce forum voir comment ça se passe...

Ulgrim, merci pour ta longue réponse qui correspond parfaitement aux attentes de ma longue question...!
Je voudrais juste te préciser qu'avoir passé mon master 2 n'était pour moi qu'une façon de me laisser un an de plus pour réfléchir à ce que je voulais vraiment faire, et effectuer un stage en entreprise m'a confortée dans l'idée que je ne voulais pas travailler de cette façon, et donc ça m'a convaincue pour passer le cfrpa.

Mais je suis d'accord avec toi, ce ne sont pas les diplômes qui font la qualité de la réflexion et du raisonnement, c'est la méthode.
D'ailleurs j'en ai fait les frais à mon premier entraînement, j'ai passé presque 4h sur la procédure pénale! Donc le droit des oblig...bof! j'ai pas su gérer mon temps, parce que j'ai pas été à l'essentiel...

Merci donc pour tes conseils avisés, je commence déjà à y voir plus clair, ça me donne une direction où aller.
Pour les entraînements, je vais tous les faire sans exception, je sais que c'est essentiel.

Mais dis moi, tu as l'air super informé sur l'attente des correcteurs et les qualités à acquérir, c'est ton IEJ ou alors t'as déjà passé l'exam l'année dernière ?...
Bonne chance et merci encore
 
Message(s) : 39
Inscription : Mer 04 Jan 2006 à 23h13
Localisation : Seine-Maritime

par Ulgrim » Ven 20 Jan 2006 à 4h53

soft a écrit :D'ailleurs j'en ai fait les frais à mon premier entraînement, j'ai passé presque 4h sur la procédure pénale! Donc le droit des oblig...bof! j'ai pas su gérer mon temps, parce que j'ai pas été à l'essentiel...


Quand tu penses avoir répondu à une question, que le raisonnement, même court, se tient, et que tu as les articles du code pour te justifier et éventuellement de la jurisprudence, il faut que dans ta tête tu te dises : " stop ".
Pour beaucoup de master et plus, il est très difficile de savoir dire stop. On veut toujours tout mettre, trop en mettre, nuancer à l'infini.
C'est un exercice que beaucoup d'étudiants de droit pratiquent mal : la concision.
Pour ça l'esprit matheux est assez utile. Tu as une règle ( la formule ), à appliquer à un problème concret ( l'exercice ), et tu dois parvenir à une solution. Tu dois absolument te limiter à ça.
En conclusion, tu devras parfois nuancer, en quelques mots ou lignes.
Une fois ceci fait, tu passes à la suite.
Et effectivement, savoir gérer son temps c'est déjà la moitié du chemin vers la réussite, comme tu as pu le constater ... :wink:
 
Message(s) : 24
Inscription : Jeu 19 Jan 2006 à 5h27

par soft » Sam 21 Jan 2006 à 2h29

Et oui, et le pire c'est que je le sais, et je refais les mêmes erreurs à chaque fois.
Quand je lis le sujet, et que j'arrive à cibler tous les points de droit et prévoir la réponse au brouillon, je me dis ça va aller vite, et puis quand je commence à rédiger, malgré le fait que j'ai ma réponse et que je sais où je veux en venir, je réfléchis trop à ce que j'écris, à la façon de construire ma phrase et mon raisonnement, pour finalement faire compliqué quand on peut faire simple!
Mais c'est bien, petit à petit, je commence à comprendre le truc...

Reste quelques entraînements, une bonne dose de travail, de la volonté sans modération, une pincée de chance, un zeste d'espoir, le tout saupoudré d'une part de destin...
Et on verra bien, qui ne tente rien n'a rien! :) :wink:
 
Message(s) : 39
Inscription : Mer 04 Jan 2006 à 23h13
Localisation : Seine-Maritime


Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)